20/11/2017
DERNIÈRE MINUTE
Home / Marques  / Hénon

Hénon

Issu d’une famille de menuisiers ébénistes d’Albert dans la Somme, Henry HENON construit sa première caravane pour sa femme.Le cahier des charges était simple : faire du camping dans le confort. En effet, plus jeune

Issu d’une famille de menuisiers ébénistes d’Albert dans la Somme, Henry HENON construit sa première caravane pour sa femme.Le cahier des charges était simple : faire du camping dans le confort. En effet, plus jeune Henri HENON était scout donc adepte du camping, par contre il fallait du confort pour madame HENON.Les premières caravanes sont donc construites pour des notables de la région, puis la promotion est faite en participant aux foires de Paris et Lille.

 La première Hénon en 1928

La commercialisation commence réellement en 1934 avec trois caravanes vendues à des clients d’Amiens.Les ventes augmentent progressivement jusqu’en 1938, puis ralentissent en 1939 à l’approche de la guerre. Au total 44 caravanes seront vendues entre 1934 et 1939

 Foire de Paris 1936

Henri HENON était proche d’Henry POTEZ (constructeur d’avions installé à Méaulte près d’Albert), et construit ses caravanes de la même façon que sont construits les avions :
une ossature bois recouverte de coton encollé. Il propose des modèles allant de 3 mètres à4,90 mètres, ce dernier modèle étant profilé avec un nez en pointe.

Ces caravanes baptisées « REMORQUES DE FRANCE » sont proposées en 4 niveaux de finition : Standard, Normale, Luxe et Grand Luxe. Le modèle Grand Luxe possédait des fenêtres elliptiques, alors que sur les modèles Standard, Normale et Luxe les fenêtres étaient rectangulaires.

Les aménagements très soignés, suivant les niveaux de finition les meubles sont en okoumé, chêne, noyer, ou bois cérusés. Le catalogue de 1938 précisait :

” les meubles sont d’une conception nouvelle ( jamais vu jusqu’à ce jour dans ce genre deconstructions) à transformation instantanée, dissimulant tous les objets et donnant l’impression,une fois fermés, d’un studio luxueux et très moderne….Cet intérieur ainsi traité donne l’impression des cabines nettes et claires des Paquebots…”

 Une 4,90 m Grand Luxe de 1938 avec son avant profilé 

 

 Modèle Grand Luxe de 1936 avec ses fenêtres elliptiques

 


Histoire d’une caravane:

Cette caravane fût achetée en 1939 par une famille de la Somme, non pas pour partir en vacances, mais en prévision d’un exode.

En effet, ayant subi de terribles bombardements pendant la guerre 14-18, lorsque la 2e guerre éclata, ils ont acheté cette caravane dans le but éventuel d’un exode. Ce qu’ils avaient prévu arriva et ils sont descendus à Bordeaux,en passant par la Normandie, avec leurs 5 enfants à bord de cette Ford de 1936 et la Hénon.
Installés dans la région de bordeaux, l’attelage fut vendu au profit d’une Juvaquatre.

 

Modèle normal de 1939 avec ses fenêtres rectangulaires


 

Après la guerre, compte-tenu des difficultés pour obtenir les matières premières, l’activité reprend doucement.Deux caravanes sont vendues en 1945, 18 en 1946, puis 32 en 1947… pour atteindre 85 en 1951. La ligne est restée identique à celles d’avant guerre mais elles sont plus vitrées.

On reconnait les modèles d’après guerre jusqu’à fin 48 par les montants épais qui séparent les vitres et par des vitres arrondies aux extrémités.

  Le parc d’exposition de l’usine en 1947

En 1949 Henri Hénon propose ses « FRANCE REMORQUE » double paroi (contre plaqué pour la paroi intérieure et isorel pour l’extérieur) allant de 2,50 m à 4,50 m.Il propose toujours ses « REMORQUES DE FRANCE » en triple paroi (contre plaqué pour la paroi intérieure, contre plaqué pour la paroi extérieure recouvert de tôle d’aluminium lisse ou striée) allant de 4 m à 6 m. La luminosité est encore améliorée par des montants de vitres plus fins et des vitres aux extrémités qui suivent le galbe de la caravane.L’année 1949 est aussi l’année des premières caravanes à double essieu avec une 13 mètres commandée par un forain qui aura son appartement dans un bout et son magasin de l’autre bout.

C’est à Pâques 1949 qu’André TIENGOU, président de l’ACCCF de la section Bretagne,Anjou, Vendée, vient prendre livraison d’Herminig Breiz, une double essieu de 8 m delong par 2,40 m de large pouvant accueillir 10 personnes !

Pâques 1949 André TENGOU prend livraison de sa 8 mètres. On aperçoit sur le parc les remorques de camping.

Monsieur et Madame Hénon font la promotion de leurs caravanes en participant aux rallyes caravaniers et concours d’élégance où ils remportent de nombreux prix.La ligne élégante des caravanes Hénon est accentuée à partir d’aôut 1949 avec l’achat d’une voiture tractrice exceptionnelle : une Delage D8-120 de 1939 carrossée par Saoutchik. Cette ex-voiture de l’Elysée, noire à l’origine fût repeinte de la couleur des Hénon,et utilisée pour promouvoir les caravanes jusqu’au milieu des années 50, elle fût alors remplacée par une De Soto.

France Camping de 1949 2,50 m X 1,50 m

 

Delage et 7,10 m au cours d’un rallye de l’Escadre Blanche

  Rallye du soleil à La Napoule 1951

 

 Au 1er plan: M. et Mme Hénon

 

Les premières nez pointu 4 carreaux font leur apparition en 1950 sur les doubles essieu.Les simples essieux resteront en nez pointu 2 carreaux jusqu’en 1952, puis toutes lesREMORQUES DE FRANCE seront en 4 carreaux.A partir de 1951 le catalogue s’étoffe en proposant aux clients les doubles essieux en 5,60 m, 6,10 m et 7,10 m toutes avec la
cuisine à l’arrière.Fin 1954 le constructeur propose la 6,60 m, et en 1955 la disposition « Maison Blanche ».Elle dispose de 4 pièces indépendantes : le séjour à l’avant, une salle de bain, une cuisine centrale fermée et une chambre à l’arrière.

En 1953 Henri Hénon propose des modèles particulièrement adaptés à la vie en plein air, avec la version « Vacances » s’ouvrant sur le côté, puis à partir de 1955la version « Plein Air » s’ouvrant sur l’arrière.

 Modèle Vacances (2,80m X 1,80 m)

Ci-dessous : deux photos du modèle RECORD 5,10 m PLEIN AIR de 1957. Le coin dinette donne directement sur l’extérieur.

En 1954, Hénon s’intéresse au polyester. En collaboration avec le laboratoire de recherches des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais, il met au point sa première caravane tout polyester: la Verresine. Il s’agit d’une coque de 25 mm d’épaisseur en polyester stratifié sur sandwich alvéolé, d’une extrême résistance. « Une caravane de connaisseur qui vous placera à l’avant-garde du progrès », comme le disait la publicité.La première commercialisée fut une 4,10 m en 1957. Les Verresine étaient aussi proposées en 3,60 m et en 4,60 m à partir de 1965.

En 1955 sort la FRANCE PREMIERE, un modèle d’entrée de gamme sans lanternaux qui sera disponible en 3,10 m, 3,60 m et 4,10 m. Elle est proposée avec ou sans cabinet de toilette, avec une cuisine centrale ou en bout, et avec un avant « ½ Plein Air ».

 Une France Première de 3,60 m

Malgré une ligne qui a peu évoluée depuis les années 30, les intérieurs étaient modernes et suivaient la mode. C’est ainsi qu’à partir de fin 57, les intérieurs en avodiré, noyer, ou acajou des modèles haut de gamme à triple paroi (REMORQUE DE FRANCE) laissent place au stratifié, alors que la gamme FRANCE REMORQUE à double paroi reste en bois (Limbo).A la fin des années 50 et au début des années 60, le stratifié proposé était façon érable moucheté pour le séjour et jaune pour la cuisine, cependant les clients pouvaient demander d’autres coloris, de même que certaines double paroi sont sorties en stratifié à la demande.Comme nous l’avons vu la gamme France Remorque à double paroi est en isorel. A partir de 1959 elle est en tôle d’alu strié identique aux triple paroi.

 Vue intérieure d’une “4 carreaux” de 1954

 Vue du living et de la cuisine à l’arrière

 M. et Mme Hénon dans leur luxueux studio

 Le bar d’une EH 600 de 1949

 

Voici la gamme 1962/1963 avec 4 types de caravanes d’un style typiquement français comme le disait les brochures publicitaires.


A gauche une France Première 4,10m (sans lanterneaux et peu vitrée), puis une France Remorque 4,60m (double paroi nez plat), au milieu une France Verresine 4,10m, et pour finir deux Remorque de France (triple paroi nez pointu). Une 5,10m et une Maison Blanche 6,60m.
La gamme 1964 subit un restyling en recevant des baies avant agrandies en plexiglas moulé.

Les Remorques de France passent de 4 carreaux à 2 grandes baies en plexi. Parmi les évolutions les 2 premières vitres du côté sont également agrandies.Ainsi modifié le salon avant de la caravane gagne en luminosité.

En 1965 Henri HENON propose un nouveau modèle dans la gamme France Verresine : la 4,60m. Les Verresine étaient jusqu’alors disponibles en 3,60m et 4,10m.

En 1965 les modèles suivant les aménagements intérieurs sont :
Espace : une seule pièce avec un cabinet de toilette

Ambiance : 3 pièces avec le salon et la cuisine centrale, le cabinet de toilette et la chambre à l’arrière.


Harmonie : 3 pièces avec le salon, le cabinet de toilette et la cuisine à l’arrière.


Maison Blanche : 4 pièces avec le salon, cuisine et cabinet de toilette en partie centrale, et une chambre à l’arrière.

 

En 1966 Hénon propose sur les Verresine 360 et 410 le modèle Jeunesse. Il s’agit d’un modèle moins cher d’une seule pièce avec ou sans cabinet de toilette, sans capitonnage et sans volet intérieur.
En 1968 la gamme France Remorque à double paroi disparait. Seule les gammes Remorque de France à triple paroi et les Verresine restent au catalogue, mais avec un nouveau modèle en polyester : la Joie.

La Joie est proposée en plus de la verresine « traditionnelle ». Il s’agit d’une nouvelle coque de 4,40m par 2,10m avec bloc cuisine central ou à l’arrière.
Cette tentative de modernisation n’aura pas séduit la clientèle puisque seulement 5 exemplaires auront trouvé preneurs.
A partir de 1969 les ventes diminuent. En effet Hénon propose toujours des caravanes haut de gamme d’un prix de vente élevé. Jusqu’à la fin des années 50 partir en vacances en caravane était considéré d’un standing élevé, réservé à une certaine élite. Dans les années 60 le camping s’est démocratisé et de nombreuses marques de caravanes sont apparues à des prix concurrentiels… la clientèle avait changé !
En 1970 Hénon diversifie sa production en proposant des bungalows appelés « AN 2000 ».

Il s’agit de modules en polyester stratifié de 7,50m x 2.85m.
L’augmentation de surface s’obtient en juxtaposant les cellules.
Ces maisons modulaires s’adaptaient aussi à toutes autres utilisations que l’habitation : bureaux, laboratoires, motels, etc..
En 1970, sept caravanes sont vendues, puis cinq en 1971.
En 1972 des grèves très dures de plusieurs mois marquent la fin de l’entreprise Hénon qui est vendue au groupe Sommer Allibert.
Malheureusement après le décès de François SOMMER en janvier 1973, le groupe ne croit pas aux modules.
Henri HENON était probablement en avance sur son temps avec ses maisons de l’an 2000.

L’escadre Blanche

A chaque rallye, un fanion était distribué aux participants.

 Arrêt dans les Alpes Autriciennes

 Pause après une longue route

 

Hénon et les carrosseries automobiles
Henri HENON s’est aussi intéressé aux carrosseries automobiles en modifiant des voitures de série.

 Carrosserie Hénon sur Chenard et Walker 1932

 Carrosserie Hénon sur Opel 1946

Carrosserie Hénon sur Viva Grand Sport 1946 Carrosserie Hénon sur Hotchkiss début 50

Au début de l’année 1939 le gouvernement français commande au carrossier SAOUTCHIC une voiture sur un châssis DELAGE D8-120. Elle devait être exposée au salon de l’auto de Paris, mais avec la guerre le salon fut annulé et la voiture cachée par le carrossier. Après la guerre la voiture fut livrée au gouvernement français et utilisée par le Général De GAULLE.

 La Delage livrée au gouvernement français après la guerre

 avec le chauffeur de De Gaulle

En aout 1949 la voiture est rachetée par Henri HENON qui la repeint en blanc. Constituant un magnifique et élégant attelage avec une remorque Hénon, la voiture servira à promouvoir les caravanes jusqu’au milieu des années 50.
L’avant de la voiture sera modifié à plusieurs reprises par Henri HENON afin de la moderniser et surtout améliorer le refroidissement du moteur.

Au début des années 70 Henri HENON vend la Delage à un collectionneur français qui la restaure en lui apportant de nombreuses modifications : l’avant est à nouveau modifié, les roues d’origine sont remplacées par des roues à rayons Rudge, les jupes d’ailes arrières sont supprimées, des enjoliveurs chromés sont ajoutés aux ailes, etc…

Au milieu des années 2000 la voiture traverse l’Atlantique pour rejoindre une collection américaine où elle sera à nouveau restaurée afin de retrouver sa configuration d’origine.

s.richardin@wanadoo.fr

213

Review overview
Pas de commentaires

Publiez un commentaire